Rythmes scolaires : un premier verrou a sauté

Publié le par Politique Educative Locale de Brest

La FCPE, la JPA, le Réseau français des villes éducatrices et le SI.EN-UNSA Education veulent considérer la publication de la circulaire de rentrée du 18 mars dernier comme une ouverture, comme un premier pas vers la fin de la semaine de quatre jours imposée à toutes les écoles primaires depuis la rentrée 2008. En effet, ce texte substitue au verrouillage ministériel implicite, qui systématisait la semaine de 4 jours, un « encouragement » à un retour à la semaine de 4 jours et demi avec le mercredi matin.

Cela ne signifie toutefois pas que tout est réglé : il est primordial de continuer à mettre en évidence les effets néfastes de la semaine de 4 jours, source de stress et de fatigabilité, sur la réussite des enfants et le climat des établissements scolaires.

 

Il convient aujourd’hui de rappeler que l’essentiel est d’alléger la durée de la journée scolaire, pour que les enfants n’aient plus à subir 6 heures de classe, auxquelles s’ajoutent le travail à la maison, les temps de transport, voire l’aide individualisée. Il est également nécessaire de se pencher sur l’organisation de l’année scolaire, sur la durée des vacances d’été et sur l’alternance entre semaines de classe et semaines de vacances.

 

La FCPE, la JPA, le Réseau français des villes éducatrices et le SI.EN-UNSA Education revendiquent l’organisation par le ministère de l’Education nationale d’une conférence nationale sur les rythmes scolaires et plus globalement sur les temps de l’enfant et de l’adolescent, comme le ministre s’y est engagé par deux fois dans ses réponses à la FCPE, à la FIDL et à l’UNL dès décembre 2009.

 

Une conférence de presse commune a réuni le 30 mars la FCPE, la JPA, le Réseau français des villes éducatrices et le SI.EN-UNSA Education, avec l’ensemble des chercheurs et médecins travaillant sur ces questions pour certains depuis près de trente ans : Pierre Bégué, pédiatre, membre de l’Académie de médecine ; René Clarisse, maître de conférences en psychologie des âges de la vie à l’université François-Rabelais de Tours ; Georges Fotinos, ancien Inspecteur général de l’Education nationale et responsable du dossier des rythmes scolaires au ministère de l’Education nationale ; Claire Leconte, professeur émérite de psychologie à l’université de Lille III ; Hubert Montagner, ancien directeur de recherche à l’INSERM ; François Testu, professeur émérite de l’université François-Rabelais de Tours et président de la JPA. Yvan Touitou, biochimiste, co-coordinateur du récent rapport de l’Académie de médecine et Alain Reinberg, médecin, chronobiologiste, ancien directeur de recherche au CNRS, étaient excusés.

Commenter cet article